Histoire

Depuis des décennies, l’Association sportive de l’école, affiliée à la Fédération française des sports universitaires (FFSU) ou ses équivalents antérieurs, favorise le développement des activités sportives parmi les élèves, représente l’école dans les épreuves sportives scolaires et universitaires, organise également des rencontres amicales à l’intérieur et à l’extérieur de l’école.

Fondée en 1948, l’actuelle Association (il y en eut bien d’autres auparavant) est actuellement présidée par Christophe Vieljus. La direction courante est toutefois assurée par le Bureau des Sports élus chaque année par les étudiants d’IMT Mines Alès.

Dès 1921, les élèves fondent une association sportive dont le but est d’intercaler, entre les heures d’études et de cours quelques exercices sportifs. À partir de cette date là, les jeudis après-midi d’hiver et les jeudis matins d’été sont consacrés aux exercices de sport, de gymnastique et de préparation militaire sur le terrain de Clavières. Les élèves participent déjà massivement aux rencontres sportives qui opposent les équipes de l’École à celles des villes et des villages voisins.

Lors de la construction de l’École à Clavières dans les années 60, un part belle est faite à des installations sportives modernes : un gymnase où l’on peut jouer au tennis, au volley-ball et au basket-ball, un terrain multisports (hand, volley et basket), des courts de tennis, une piscine ouverte ordinairement de fin avril à fin octobre et une salle de judo. Ces installations seront toutefois progressivement délaissés dans les années 90/2000 au profit des terrains municipaux. Seul le gymnase de l’école est encore utilisé aujourd’hui tant bien que mal par les étudiants.

Les années 80 : renouveau du sport à l’EMA

En 1978, les élèves expriment le désir de pouvoir participer au Cartel des Mines, manifestation sportive créée en 1973 rassemblant les différentes écoles des Mines d’Europe. C’est chose faite en 1980 lors de la VIIe édition organisée à Paris. Dès sa première participation, l’EMA s’illustre en prenant la seconde place du classement général. L’année suivante, Alès remporte le Cartel organisé à la maison, le premier d’une longue série.

Cette première participation au Cartel fait partie de la nouvelle dynamique mise en place au début des années 80 par l’école pour développer les activités sportives. Le Midi libre titre même en octobre 1980 : « Le sport à l’école des mines d’Alès : un nouvel esprit pour un nouveau départ« . En effet, jusqu’alors le nombre de licenciés FNSU chutait régulièrement. Une nouvelle émulation est ainsi créée parmi les élèves avec la venue d’éducateurs, entraîneurs, parfois renommés, ou professeurs compétents. Des clubs ont pu ainsi retrouver un second souffle.

En 1981, l’École recrute un ancien sportif de haut niveau, Henri Orlandini, gardien de but de l’équipe de France de football aux Jeux olympiques de Montréal en 1976, puis joueur professionnel, lui confiant la mission de développer le sport à l’École des Mines. Il restera Responsable des sports de l’école jusqu’en 2013. Il décédera trois ans plus tard d’un arrêt cardiaque à l’âge de 61 ans. Qu’il repose en paix.

Alors qu’à peine 50 % des élèves pratiquent régulièrement un sport au début des années 80, il aura réussi à placer à la fin des années 1990 l’école parmi les écoles d’ingénieurs les plus sportives. En effet, 80 % des élèves pratiquent alors au moins une des 22 disciplines sportives qui leur sont proposées à l’Ecole et 60 % le font en compétition. Ainsi, on mesure de l’importance du sport à l’École alors qu’à l’époque la pratique sportive était d’environ 40 % dans les autres écoles et de l’ordre de 10 % dans les universités.

Henri Orlandini